Périples urbains

By 22 janvier 2012 novembre 1st, 2015 Photo, Scènes de vie

Périples urbains, périls urbains.

De ce rouge j’eusse pu faire un gris, mais le bleu s’imposa.
Le bleu des vagues à l’âme, le bleu aux âmes, le bleu des âmes.
Mais quelles âmes ?
Car au delà de mon appareil se dressaient des murs.
Alors, entre ces murs je me mis à chercher la vie.

Les briques surgirent affronter le ciel,
Eau, plantes, nuages, tous protagonistes d’un intense combat,
A l’issue duquel le béton seul s’imposa.
En courbes, en lignes, en parallèles et en perpendiculaires,
Le rouge devint noir, ils ne s’épousèrent pas.

En dépit du froid de ces lieux, je les vis soudain apparaître.
Les enfants menaient la marche,
Les adultes, de tous âges, les suivaient.
Clopin-clopant, galopant, vélotant,
Familles entières, tous déambulaient.

Je les vis souvent se croiser, parfois se décroiser,
S’approcher, s’éloigner,
Jouer, naître, mourir, déménager.
Je me cachai derrière leurs murs pour les observer.
En silence toujours, pas vu pas pris.

On leur avait dit qu’ils habitaient une oeuvre d’art,
Mais de Bofill, nul se souciait.
Viaduc, templettes, arcades,
Néo-classiques, assurément surannés.
Appartenir à l’Histoire ou aux histoires, peu leur importait.

Avides de liberté, ils bravaient les interdits.
Interdit aux ballons, interdit aux deux roues,
Les tricycles seuls osaient briser la glace.
Là, défense de pêcher, défense de pécher.
Las, même les chats sont interdits aux chiens

Etranger, indécis,
Les abandonnant à leur sort, sur la pointe des pieds je repartis.

Périls urbains

Périls urbains

Périls urbains

Périls urbains

Périls urbains

Périls urbains

Périls urbains

Périls urbains

Périls urbains

Périls urbains

Périls urbains

Périls urbains

Périls urbains

Périls urbains

Périls urbains

Périls urbains

Périls urbains

Périls urbains

Périls urbains

Périls urbains

Périls urbains

Périls urbains

Périls urbains

Périls urbains

Périls urbains

Périls urbains

Périls urbains

Périls urbains