L’usine

By 27 février 2011 novembre 1st, 2015 Photo, Urbanités

Une ancienne usine d’emballages plastiques, située dans la vallée de l’Yvette, à deux pas du centre d’un bourg, est devenue un des hauts lieux de la création artistique contemporaine et du street-art.
Sans cesse redécorée, elle change de visage toutes les semaines. Les fresques qu’on y voit un jour sont toutes éphémères. C’est parfois le respect de l’oeuvre et de l’artiste qui les sauvent un peu plus longtemps que la moyenne. Avant d’être recouvertes par d’autres, véritables palimpsestes contemporains.

IMG_2118_19_20-Modifier-1

De ce fait, l’ambiance y est sur-réelle. Les artistes ont envahi les lieux : des sombres bureaux, des locaux techniques, jusqu’à l’espace lumineux que forme l’usine elle-même. Une hiérarchie s’instaure naturellement. Les débutants ont droit aux pièces sombres, les plus « underground » s’emparent de l’ancienne chaufferie, les artistes de renom s’accaparent les murs énormes de l’usine pour y créer des fresques, seuls ou à plusieurs.

L'Usine (360°)

Le lieu est impressionnant. Dès qu’on y entre, on est saisis par la taille de cet espace de création. Sur les murs (début 2011 – rappelez-vous, tout y est éphémère) s’y côtoient des « crew » reconnus en région parisienne, tels que TSF ou PPA. Les artistes qui les composent, Milouz, Papy, Croute, Kotek, Saner et Amour, ou encore Shaka et Nosbé, y créent en toute liberté, munis de leurs escabeaux, et de leurs impressionnantes collections de bombes de peinture.

Le plagiaire (1)

Le plagiaire (2)

Le plagiaire (3)

IMG_2162_3_4-Modifier-1

L’ambiance décalée est propice à toutes sortes de photos ayant pour décor les « pièces » des artistes du moment.

2011, odyssée de l'espace

Il est fréquent (systématique ?) d’y croiser des artistes qui s’exercent. Le temps de discuter un peu avec eux, de les regarder faire, de comprendre un peu mieux cet art méconnu…

IMG_2148-Modifier-1

Attention, peinture fraîche

IMG_2130-Modifier-1

IMG_2137-Modifier-1

Un lieu à découvrir, ne serait-ce que pour le plaisir d’y faire des photos.

A Wolf at the Door